www.marquette-en-flandre.net

Mardi 27 juin 2017

Accueil

Jeanne de Flandres

Album de Croÿ

Nouvelles

Album de Croÿ 2

Liens

Forum

Livre d'Or

Enclos abbatial plan 1686

Kuhlmann 1923

 

Admin

Industrialisation

Débuts de l'industrialisation

Kulhmann

Introduction

Massey Ferguson

introduction

Maires de Marquette

Maires de Marquette 1790 - 2006

photos

photos de familles

ISOTUBE / MARKETUBE les établissements industriels

[align=justify]Ces deux entreprises étroitement liées ont marqué l histoire industrielle de Marquette bien plus par leur côté social que par le volume de leur production
Avant MARKETUBE il y avait ISOTUBE . Une petite entreprise familiale qui employa jusqu à 110 personnes . En Mai 1972 l atelier de Marquette est repris par une multinationale : Nobel-Bozel. Il ne supporte pas les charges imposées par le groupe ; la Direction allège alors les effectifs. En 1974, elle estime que l affaire n est pas rentable et décide de transférer l unité de production dans une autre entreprise du groupe. Les travailleurs de Marquette s y opposent . Le groupe décide donc la liquidation pure et simple.
Tous les salariés se retrouvent à la rue en Décembre 1974. Alberet MIELLET, délégué C.F.D.T., réagit le premier. Les ouvriers décident d occuper l usine.
" Dès ce premier moment , déclare Henri Le Marois,le gérant de Markétube en 1978, il y eut une différence avec les occupations classiques.Les travailleurs poursuivaient deux objectifs: d unepart, remettre en route l entreprise; d autre part , ne pas revivre ce qu ils avaient vécu et donc mettre en place une organisation du genre autogestion."
Henri Le Marois est alors Directeur Commercial d une firme américaine, il a 38 ans .Un soir, lors d une réunion publique, il rencontre Albert MIELLET, le délégué syndical de l usine occupée qui lui demande :" Tu devrais venir nous aider à éplucher les livres de comptes de la "boîte". Henri Le Marois donne son accord. Il est rejoint par un Directeur de banque, un spécialiste de marketing , un sociologue ayant , dit il, la "fibre militante".
Nous avions besoin de leur avis, explique Albert Miellet,dans l usine il ne restait que les ouvriers et les employés. Les cadres et les agents de Maîtrise ne nous ont jamais suivis.
Alors les "experts" comme on les appelle, passent leurs soirées à bâtir des schèmas, à discuter avec le personnel. Ce futla meilleure école, dit Albert Miellet. Les chiffres ? On ne savait pas ce que cela veut dire, mais on voulait comprendre. C était impressionnant à voir , tout le monde avec son crayon et son calpin.
Un matin se dessine enfin un espoir de relance.Chiffres en mains on contate que l affaire est rentable. On contitue donc une s.a.r.l.dotée d un capital de 700 000 F. Avec un apport de 100 000 F.de la Société de Développement Régional
qui accorde également un emprunt de 200 000F. remboursable en 15 ans.Les 600 000 F. restant du capital proviennent pour une part des salariés ( qui apportent 60 000 F.) et d amis ou relations.
Ces actionnaires, poursuit Henri Le Marois, ont délégué leurs pouvoirs aux travailleurs. Un contrat moral existe entre eux.
Réf. " La Vie Catholique " 1978

La municipalité de Marquette a, en son temps, réagit à la situation. Ainsi, le Conseil Municipal, dans sa séance du 1ier Février 1975 évoque la situation d ISOTUBE:
" Le Conseil Municipal de Marquette, après avoir au cours d un large débat,entendu toutes explications permettant une prise de position à propos de l intervention éventuelle de la Ville dans la recherche d une solution du problème posé par la fermeture d ISOTUBE et le licenciement collectif du personnel, après avoir rejeté l hypothèse d une acquisition de l usine en vue de constituer une réserve foncière pour la réalisation d équipements futurs pour la ville et n ayant, par ailleurs, jamais envisagé de s immiscer dans l exploi tation d une activité individuelle privée,
décide à l unanimité :
-

De demeurer solidaire du personnel défendant son droit au travail et le respect dû à tous les citoyens, et qui reste orienté vers la poursuite des activités de son entreprise
D'apporter éventuellement les avantages financiers autorisés par la législation actuelle, sous la forme d'une location vente pour une période de 15 ans maximum, à savoir 50% de la valeur des biens estimés par l'Administration des Domaines dont l'intervention sera immédiatement demandée en ce qui concerne le terrain et les murs.
De conditionner cette participation financière à l'obliga tion de trouver simultanément un acquéreur immédiat, person ne physique ou morale, dont l'offre devra être jointe au dossier, fournissant la garantie d un apport financier au moins égal à l'autre moitié de la valeur des biens estimés par l'Administration des Domaines, majoré de la valeur des machines , matériels et équipements divers pour lesquels M. Lafont, liquidateur, fera une proposition et pour lesquels la ville ne peut réglementairement intervenir d'aucune manière; ce même éventuel acquéreur devra présenter par sur
croît toutes garanties d'ordre technique , commercial et financier permettant une reprise normale et durable des activités.
Que le réemploi du personnel actuel constituant la motivation première de l action du Conseil Municipal, la participation financière de celui ci sera conditionné par ledit réemploi.
De rechercher, les conditions ci dessus étant remplies,les moyens de financement de cette opération qui ne devra entraîner aucune charge particulière pour la Collectivité Locale, le loyer de la location-vente éventuelle devant intégralement couvrir l annuité mise à la charge du budget local.
De soumettre cette délibération à Monsieur le Préfet de ré
gion, aux fins d'approbation préalable qui en tout état de cause demeure déterminante.

Dans sa séance du 25 Juillet suivant, le Conseil Municipal de Marquette, suite à la lettre de M. le Préfet en date du 27 Février 1975, prend les résolutions suivantes :
- 1975 voit la création de MARKETUBE qui est intéressé par la reprise d ISOTUBE
- L estimation des terrains et bâtiments a été fixée à 474000 F.mais la vente se fera sur la base de 500 000F. avec accord des parties concernées.
Le Conseil Municipal décide donc :
- De procéder à l acquisition de la propriété à usage industriel dénommée " usine ISOTUBE"cadastrée sous les numéros : 661-662-663-664-665-2083-2084-2152-660-666-668-669-671 et 2167 de la section A sise à Marquette d une contenance globale de 6899m2 moyennant le prix de 500 000F.
- De solliciter l avis de la Commission Départementale des Opérations Immobilières et de l Architecture et la déclaration d utilité publique de l opération en application de l'article 10-42 du Code des Impôts
- De rétrocéder immédiatement à la société MARKETUBE la propriété de 50% des terrains et des bâtiments et de conclure avec la sociéte MARKETUBE un contrat de location -vente pour les autres 50% en 15 ans.
- De financer l'acquisition au moyen d un emprunt de 250 000 F.à contracter auprès de la Caisse d Epargne de Lille, le solde du prix étant réglé à l'aide de la somme de 250 000F. que versera la société MARKETUBE au titre de la revente de l immeuble
- L'amortissement de l emprunt réalisé par la commune sera assuré à l aide des versements qui seront effectués par la société MARKETUBE au titre de la Location-Vente
- D autoriser M. le Maire à signer l'acte d'acquisition ainsi que le contrat de vente et de location-vente et d accomplir toutes les démarches nécessaires et tout acte pour la bonne réalisation de lopération.

Dernière modification le : 22/10/2006 @ 20:49
Catégorie : Aucune

Moulin Despretz

Introduction

Epilogue

compléments

revue de presse

G.Malteries

Haut

Site créé avec Phortail 2.0.2
PHP version 4.4.9



Page générée en 0,038 secondes